La pâquerette, jolie fleur de printemps

La pâquerette, jolie fleur de printemps

La pâquerette est une petite fleur sauvage très élégante qui étale sa floraison de début mars au mois de décembre, d’où son nom latin Bellis perrennis qui signifie « beauté éternelle ». Elle est très commune et croit spontanément sur toutes les pelouses,  prairies et talus.

Très robuste, elle doit son nom à sa floraison abondante à Pâques, période durant laquelle elle forme de  jolis tapis de fleurs aux pétales blanches ou roses concentrés autour d’un cœur jaune.

  • Nom botanique : Bellis perrennis
  • Nom commun : Pâquerette, ou petite marguerite, famille des Astéracées (composées).

 

Quelles sont ses principales vertus médicinales ?

De nos jours la pâquerette est surtout utilisée en homéopathie. Elle possède cependant de nombreux  principes actifs concentrés dans les feuilles et les fleurs (saponines, tanins, acides organiques, sels minéraux, inuline et huile essentielle).  Elle contient également de la vitamine C. Elle est donc d’un usage très intéressant en phytothérapie.

Elle est indiquée dans :

  • Les angines et bronchite : action anti-inflammatoire et sudorifique
  • Les ictères ou jaunisses : action dépurative (nettoie le corps de ses déchets)
  • Les oedèmes, les affections rhumatismales, lithiases rénales : action diurétique (augmente la sécrétion d’urine)
  • Les abcès et furoncles : action vulnéraire et résolutive (guérit les plaies).

 

Quand et comment la récolter ?*

  • La fleur de pâquerette fleurit de début mars à décembre. Il est préférable de cueillir les fleurs dont le cœur est plat (s’il est bombé, la fleur a été fécondée et est donc prête à se reproduire, il faut alors la laisser vivre pour qu’elle se reproduise !).  Couper la fleur et les feuilles à l’aide d’un ciseau.

 

Comment l’utiliser ?**

  • La plante peut être utilisée fraiche ou préablement séchée (pour cela l’étaler dans un endroit frais et sec,  à l’abri de la lumière, bien ventilé, puis conserver dans un sac en papier ou en coton au frais et au sec.
  • Les feuilles et les fleurs sont utilisées en infusion, décoction, macération ou cataplasmes.

 

En usage interne

Pour traiter les affections respiratoires (angine, bronchite), les ictères, les affections rhumatismales et les lithiases rénales.

  • Préparer une infusion de feuilles et fleurs séchées : Mettre 50 g de feuilles et fleurs séchées pour un litre d’eau. Porter à ébullition. Eteindre et laisser infuser pendant 10 minutes. Filtrer. Boire 3 tasses par jour.

En cas d’oedèmes des jambes et des chevilles.

  • Préparez une macération (uniquement pour les adultes) : Laisser macérer 50 g  de feuilles et fleurs séchées dans un litre de vin blanc pendant deux jours. Passer la préparation au tamis et en extraire un maximum de jus. Conserver dans une bouteille en verre. Boire un verre le matin à jeun comme diurétique.

 

En usage externe

Pour guérir les plaies peu profondes, les abcès et furoncles. 

  • Préparer une décoction de feuilles et fleurs séchées : Mettre 150 g de feuilles et fleurs séchées pour un litre d’eau. Porter à ébullition et laisser bouillir pendant 5 à 10 minutes. Laisser refroidir et appliquer en compresses sur les furoncles et abcès pour les faire mûrir.

Pour soulager les coups, contusions et ecchymoses.

  • Préparer un cataplasme d’un mélange de feuilles et fleurs fraîches : Ecraser les feuilles et fleurs fraîches à l’aide d’un mortier ou d’un bol et d’une cuillère et appliquer directement sur la peau. Renouveler jusqu’à amélioration.

 

Autres usages

  • En usage culinaire, les feuilles de la pâquerette peuvent être consommées en salade composée avec du pissenlit et d’autres plantes sauvages comestibles. Ses feuilles sont croquantes et légèrement aromatiques. Les boutons floraux peuvent être confits comme des câpres et consommés en condiment.
  • En cosmétique, elle a une action raffermissante (contour du visage, tonifie les glandes mammaires) et éclaircissante sur la peau (masque de grossesse, tâche de vieillesse).

 

Comment préparer une huile de pâquerettes

  • Remplir sans tasser aux 2/3 de sommités fleuries de pâquerette fraichement cueillies dans un récipient en verre avec couvercle préalablement stérilisé.
  • Compléter avec une huile pas trop grasse (onagre, amande douce..).
  • Laisser macérer à la lumière du soleil durant 21 jours en prenant soin de rentrer la préparation la nuit.
  • Filtrer et conserver dans un récipient en verre.
  • Appliquer en soin et en massage sur le visage et les zones concernés.

 

Contre-indications

  • Bien que la pâquerette ne contienne pas de composés toxiques, il est déconseillé d’en consommer  en cas d’allergie à la famille des astéracées.
  • L’avis d’un médecin est nécessaire durant la grossesse,  chez les jeunes enfants et les sujets fragiles.

 

Précautions d’emploi

  • Respecter la posologie indiquée.
  • La pâquerette peut provoquer des allergies.

 

*Il est important de s’assurer que le lieu de cueillette est exempt de toute pollution pour ne pas absorber de substances toxiques. En cas de doute sur l’authentification de la plante, demander l’avis d’un herboriste ou d’un pharmacien.

** Vous devez demander l’avis de votre médecin ou pharmacien  avant d’utiliser les plantes médicinales, notamment en cas de prises de médicaments, de maladies déclarées ou de troubles persistants.

2016-03-18T13:03:30+02:00jeudi 10 mars 2016|Cueillette sauvage|1 Comment

Un commentaire

  1. Malika 18 mars 2016 à 20 h 06 - Répondre

    Article très intéressant , clair ,riche et dès demain matin je vais faire ma cueillette.. !

Laisser un commentaire Annuler la réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

felis dapibus pulvinar venenatis mattis elementum Donec