La ronce, redoutable et très utile à la fois…

La ronce, redoutable et très utile à la fois…

La ronce, très commune dans nos paysages, jouit d’une mauvaise réputation du fait de son caractère invasif et de ses épines redoutables. Pour le jardinier, elle est un vrai cauchemar car elle envahit les haies et les taillis de ses longues tiges archées munies d’aiguillons acérés ressemblant à des dards. Elle mérite cependant d’être mieux considérée car elle est très utile pour l’équilibre écologique. Elle constitue, pour bon nombre de petits animaux, insectes et plantes, un abri en toutes saisons et une réserve de nourriture. Ses feuilles persistent durant toute l’année et ses fleurs blanches ou rose, disposées en grappe à l’extrémité des tiges, s’épanouissent de mai à septembre. Elles donnent naissance à des fruits comestibles appelés « mûres sauvages » ou « mûrons » qui viennent à mâturité en septembre. Ils sont souvent confondus avec le fruit du mûrier, la « mûre », à laquelle ils ressemblent, sans faire partie de la même famille botanique. Bien que la ronce soit utilisée principalement comme gourmandise pour ses fruits, elle a de tout temps servi à soigner de nombreux maux.

Nom botanique : Rubus fructicosus

Nom commun : Ronce, mûrier sauvage ou mûrier des haies, sous-arbrisseau de la famille des Rosacées.

Quelles sont ses principales vertus médicinales ?

La ronce contient essentiellement des tanins dans ses feuilles, ses bourgeons et ses fruits, ainsi que de la vitamine C et B (sauf B12) dans ses fruits.

Elle a une action :

  • Astringente (resserre les tissus), et anti-inflammatoire : diarrhée chronique, entérite, rhume, angine, affection de la bouche, angines, leucorrhée
  • Diurétique (augmente le volume des urines)
  • Antihémorragique: sang dans les urines, règles trop abondantes,  saignement superficiel des plaies
  • Vulnéraire (cicatrise les plaies) : ulcère et plaie

 Quand et comment la récolter ?*

Les jeunes pousses et les feuilles de ronce se récoltent au printemps, les fleurs juste avant leur épanouissement. Les fruits sont cueillis lorsqu’ils sont bien noirs. Il faut éviter de prendre les feuilles et les fruits trop bas qui peuvent être souillés par les animaux sauvages. Se protéger à l’aide de vêtements et de gants épais lors de la récolte.

Comment l’utiliser ?**

Les feuilles et bourgeons peuvent être utilisés frais directement après la cueillette ou séchées. La plante fraiche contient beaucoup plus d’eau, les principes actifs sont donc moins concentrés que dans la plante sèche. Il faut en tenir compte dans la préparation des infusions et décoctions. Pour 10 g de plantes fraiches, compter 5 g de plantes sèches. Les feuilles et les fleurs sont utilisées en infusion, décoction ou cataplasmes. Les fruits se consomment frais ou cuits.

En usage interne

  • Pour traiter les affections respiratoires (rhume, angine, bronchite), les diarrhées chroniques, les entérites.

Préparez une infusion de feuilles séchées.

Mettre 20 à 30 g de feuilles et fleurs séchées pour un litre d’eau. Porter à ébullition. Eteindre et laisser infuser pendant 10 minutes. Filtrer. Boire 3 tasses par jour entre les repas.

En cas de diarrhée, stopper le traitement dès amélioration des symptômes, car il peut s’en suivre une constipation.

En usage externe

  • Pour nettoyer les plaies et ulcères, en injection vaginale pour les leucorrhées.

 Préparez une décoction de feuilles.

Mettre 25 g de feuilles pour un litre d’eau. Porter à ébullition et laisser bouillir pendant 3 à 4 minutes. Laisser refroidir avant utilisation.

  • Pour soigner les angines et les affections de la cavité buccale (aphtes, gingivites..)

Préparez une décoction concentrée de feuilles.

Mettre 100 g de feuilles dans un litre d’eau. Porter à ébullition et laisser bouillir pendant 15 minutes. Laisser refroidir et se gargariser la bouche trois fois par jour. Renouveler jusqu’à amélioration.

  • Pour arrêter les hémorragies superficielles

 Extraire le suc en écrasant quelques feuilles fraîches et appliquer en tampon directement sur la plaie.

 Autres usages

 En usage culinaire : on peut réaliser de la gelée, de la confiture, du sirop, de la liqueur, des tartes… à partir des fruits mûrs. Délicieuses, ces préparations sont recommandées en cas de diarrhées et de maux de gorge.

 Au jardin  : on peut réaliser une hormone de bouturage avec des tronçons de jeunes tiges de ronce démarrées d’une racine marcottée. Bien les hacher et les mettre à tremper dans un peu d’eau ou les écraser et badigeonner les jeunes boutures de plantes directement avec le suc de la ronce.

 Contre-indications :

 L’usage thérapeutique de la ronce est déconseillé aux femmes enceintes en raison de son action sur le muscle utérin.. Ne pas utiliser en cas de constipation.

Précautions d’emploi :

Il faut utiliser la ronce avec modération en respectant les doses indiquées et arrêter dès amélioration des symptômes.

Il existe une possible interaction avec le zinc, les sels et le fer en raison de la présence de tanin dans la plante.

 

*Il est important de s’assurer que le lieu de cueillette est exempt de toute pollution pour ne pas absorber de substances toxiques. En cas de doute, demander l’avis d’un herboriste ou d’un pharmacien afin de bien identifier la plante.

** Vous devez demander l’avis de votre médecin ou pharmacien  avant d’utiliser les plantes médicinales, notamment en cas de prises de médicaments, de maladies déclarées ou de troubles persistants.

2018-07-20T22:36:12+02:00mercredi 6 avril 2016|Cueillette sauvage|0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Centre de préférences de confidentialité

Nécessaire

Les cookies suivants sont utilisés pour recueillir votre accord à la politique de confidentialité, vos préférences de cookie et d’affichages des réseaux, heure, connexion au site, page active consultée et commentaires réalisés. La durée de vie de ces cookies sont de maximum un an.

gdpr[allowed_cookies], gdpr[consent_types], privacy_embeds, wordpress_logged, time

Audience

Nous utilisons Google Analytics et Hotjar afin de connaître l'utilisation et les performances de notre site et d'en améliorer le fonctionnement ou la façon dont nous présentons le contenu. La durée de vie du 1er cookie est de 2 ans, le 2° cookie est de 24h, le 3° et 4° est de 1 minute et le dernier cookie est d'un an.

_ga, _gid, _gat, __utmz, __utmc, __utma

Serveur

Les cookies suivants sont utilisés par notre hébergeur afin de mémoriser sur quel cluster de serveur les tâches du site sont exécutées. La durée de vie est temporaire.

mediaplanBAK, mediaplan

adipiscing id felis non efficitur. vulputate, consectetur libero