L’ortie, qui s’y frotte s’y pique !

L’ortie, qui s’y frotte s’y pique !

L’ortie piquante, de la famille des urticacées, qu’il s’agisse de la grande ortie (urtica dioïca) ou de la petite ortie (urtica urens), fait partie des plantes vivaces les plus répandues car elle est très robuste et se contente de peu. Elle pousse sur les talus, dans les jardins, en bordure de forêt… Elle présente une tige velue et dressée, et ses minuscules fleurs vertes s’épanouissent de juin à octobre. Malgré son hostilité apparente (ses aiguilles contiennent un acide qui provoquent une brûlure intense sur la peau), elle possède des propriétés médicinales très intéressantes dues à sa richesse en vitamines et minéraux. Elle est utilisée depuis la plus haute Antiquité.

 

Quelles sont ses vertus médicinales ?

  • Elle aide à débarrasser le corps des toxiques en excès et à combler les carences.
  • Elle est reminéralisante et tonifiante. Elle contient trois fois plus de minéraux que les épinards ou le persil, sept fois plus de vitamine C que l’orange. Elle a une valeur nutritive supérieure à de nombreux fruits ou légumes du jardin, en raison de sa richesse en vitamines A, B et C, en minéraux indispensables (calcium, magnésium, chlore, fer, , zinc, silicium..) et en oligo-éléments (manganèse, potassium, soufre, silice).
  • Elle permet d’oxygéner l’organisme, grâce à sa haute teneur en chlorophylle.

 

Usage au jardin

  • les feuilles d’ortie servent à l’élaboration du purin d’ortie, un concentré de minéraux qui renforcent la plante et l’aide à lutter contre les maladies.

 

Quand et comment la cueillir ?

  • Les feuilles d’ortie se récoltent au printemps pour être consommées car elles sont moins amères. En usage médicinale, les feuilles, fleurs et racines se récoltent de mars à novembre.
  • Il est nécessaire de se protéger une main avec un gant épais de jardinage pour saisir la plante, et de l’autre main couper avec un ciseau.
  • Si vous n’avez pas de gants à disposition, la plante peut être saisie entre le pouce et l’index en prenant soin de glisser les doigts du bas vers le haut avant de serrer, les poils urticants étant orientés vers le ciel.

 

Pratiques populaires

  • Les anciens se frottaient les mains, paume et dos, plusieurs fois dans les cheveux avant de saisir la plante, ou retenaient leur respiration au moment de la coupe. A vous de tentez !
  • En cas de piqure, ce qui m’arrive malgré ces précautions de temps en temps en jardinant, frottez-vous avec quelques feuilles de plantain écrasées que l’on trouve facilement un peu partout et dont je vous parlerai le mois prochain.

 

Comment l’utiliser ?*

  • Pour lutter contre la chute des cheveux et renforcer leur vitalité, Frictionnez le cuir chevelu durant 10 minutes deux à trois fois par semaine avec une infusion d’ortie (faite bouillir durant un quart d’heure, 100 g de plantes fraiches, feuilles et tiges, pour 1 l d’eau, ou 30 g de plantes séchées pour 1 l d’eau).
    Vous pouvez compléter l’action de l’ortie en buvant des infusions de feuilles séchées (mettez 2 à 5 g de feuilles dans une tasse d’eau froide, portez à ébullition et laisser infuser 10 à 15 minutes. Prendre deux à trois tasses par jour par cure de 3 semaines à plusieurs mois.
  • Contre le muguet, les aphtes, les saignements des gencives, vous pouvez vous gargariser la bouche avec une décoction de racines d’ortie (mettez 50 g de racines pour 1 litre d’eau ou 5 g pour une grande tasse, faites bouillir durant 15 minutes, laissez refroidir)
  • A savoir : Pour profiter de leurs vertus, il est préférable de les consommer crues en ne prélèvant que les bouquets de feuilles du sommet riches en minéraux. Il suffit de bien hacher les feuilles afin d’éliminer l’effet urticant des petits poils pour ne pas se piquer le palais.

 

Contre-indications

  • L’ortie ne doit pas être consommée en présence d’œdème par rétention dûe à une insuffisance cardiaque ou rénale, ainsi qu’en cas de traitement anti-inflammatoire, de traitement contre l’hypertension, de prise de diurétique, d’anti-coagulants, de sédatif. Elle est déconseillée en cas de grossesse.

 

 

*Vous devez demander l’avis de votre médecin ou pharmacien, avant d’utiliser les plantes médicinales, notamment en cas de prises de médicaments, de maladies déclarées ou de troubles persistants.

2016-03-18T13:07:02+01:00dimanche 1 novembre 2015|Cueillette sauvage|0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

nunc dictum ut suscipit elit. Aliquam sit accumsan efficitur. non ut mattis